outils-de-gestion » Cours sur le controle de gestion » Controle de gestion Budgetaire » Le budget de trésorerie 1/3

Le budget de trésorerie 1/3

Cours offert par ComptaliaLe budget prévisionnel de trésorerie

 

 

Principe généraux

 

Le budget prévisionnel de trésorerie est un document permettant de connaître le montant probable de la trésorerie à la fin des « n » prochains mois.

L’établissement du budget prévisionnel de trésorerie est donc un élément très important puisqu’il permet d’anticiper les risques de rupture de trésorerie à la fin de chaque mois.

Il permettra donc de mettre en place des actions correctives si nécessaires.

Avant d’arriver au budget de trésorerie proprement dit, il faut établir d’autres sous budgets en amont.

 

En général, on suit la procédure suivante :

  • sous budget prévisionnel des ventes ;
  • sous budget prévisionnel de production ;
  • sous budget prévisionnel d’approvisionnement ;
  • sous budget des investissements ;
  • sous budget prévisionnel du personnel ;
  • sous budget de T.V.A.

 

 

Procédure pour déterminer la trésorerie finale

 

Intellectuellement, le principe d’établissement du budget de trésorerie proprement dit est très simple !

 

En effet :

Trésorerie initiale (début de mois)

+  Encaissements du mois

-   Décaissements du mois

= Trésorerie finale (en fin de mois)


Attention.
Ne confondez pas les encaissements et les factures envoyées par l’entreprise ni les décaissements et les factures reçues par l’entreprise !

Tout le problème vient du décalage entre la facturation et les encaissements (ou les décaissements). En effet, ce n’est pas parce que l’on a facturé que l’on est payé (et inversement) !

 

 

Modèle d’un budget prévisionnel de trésorerie sur six mois

 

 

Il s’agit ici du document final. Mais comme nous allons le voir, avant d’établir ce budget de trésorerie, il faut établir des « sous-budgets ».

Modele du budget previsionnel de tresorerie

 

 

Les encaissements de la période

 

 

Le modèle

 

modele encaissement tresorerie

Remarque.
A titre pédagogique nous allons nous intéresser essentiellement à l’élaboration du sous budget des ventes. En effet, les autres postes ne nécessitent pas la construction d’un sous-budget (Date de souscription d’un emprunt, date de l’augmentation de capital …).

 

 

Le sous budget des ventes

 

Principe

Dans le budget des encaissements, on doit faire apparaître les ventes encaissées pendant la période.

Pour ce faire, il faut d’abord établir un sous budget prévisionnel des ventes. Ce sous budget fera apparaître d’une part la facturation et d’autre part les encaissements liés à cette facturation.

Dans la réalité il y a souvent un décalage entre la facturation et les encaissements. Or, par définition, ce que nous cherchons c’est bien le montant de la trésorerie à la fin de chaque mois => Il s’agit donc bien de ce que nous avons encaissé et pas forcément (ou très rarement) uniquement de ce que nous avons facturé !

 

Attention aux créances du bilan de fin N-1.
Dans le sous budget des ventes proprement dit (cf page suivante), ne faites pas apparaître les éventuelles créances qui peuvent exister à la fin de l’exercice précédent (et encaissables lors de l’exercice suivant), sauf dans un cas particulier développé ci-après concernant les ventes de prestations de service sans option sur les débits.

 

Pourquoi ?
Car on pourrait vous demander (après l’établissement du budget de trésorerie) de présenter le compte de résultat prévisionnel. Dans un compte de résultat apparaissent les comptes 6 et 7 => Ces comptes sont bien liés à la facturation (reçue ou envoyée) et pas aux encaissements (ou aux décaissements).

Or, les créances apparaissant au bilan de fin N-1, ne constituent pas des produits pour l’exercice N (ils constituaient des produits pour N-1). En séparant les créances de fin N-1 (qui seront donc encaissées en N) des factures envoyées en N, vous ne risquez pas de mélanger les deux !

 

Exemple de sous budget des ventes

Sur les trois premiers mois de l’année, les ventes H.T ont été de 100 000 € et de 150 000 € les trois mois suivants.

D’autre part, les clients règlent à 50 % comptant, 30 % à 30 jours et 20 % à 60 jours. (T.V.A 19,60 %).

Pour le mois de janvier :
- L’entreprise a facturé 119 600 € en T.T.C
- Sur ces 119 600 T.T.C, 59 800 € (soit 50 % du T.T.C) seront encaissés comptant
=> Donc pendant le mois de janvier.

- Sur ces 119 600 T.T.C, 35 880 € (soit 30 % du T.T.C) seront encaissés à 30 jours
=> 30 jours après la facturation => Pendant le mois de février.

- Sur ces 119 600 T.T.C, 23 920 € (soit 20 % du T.T.C) seront encaissés à 60 jours
=> 60 jours après la facturation => Pendant le mois de mars.

Pour le mois de d’avril :
- L’entreprise a facturé 179 400 € en T.T.C
- Sur ces 179 400 T.T.C, 89 700 € (soit 50 % du T.T.C) seront encaissés comptant
=> Donc pendant le mois d’avril.

- Sur ces 179 400 T.T.C, 53 820 € (soit 30 % du T.T.C) seront encaissés à 30 jours
=> 30 jours après la facturation => Pendant le mois de mai.

- Sur ces 179 400 T.T.C, 35 880 € (soit 20 % du T.T.C) seront encaissés à 60 jours
=> 60 jours après la facturation => Pendant le mois de juin.

Exemple de sous budget des ventes

 

  • Bien comprendre le mécanisme de ce tableau.

La partie facturation représente donc ce que l’entreprise a facturé chaque mois (indépendamment des dates auxquelles seront réglées ces factures par les clients).

La partie encaissement représente donc la façon dont les factures seront réglées par les clients.

Remarque concernant la T.V.A collectée apparaissant dans le budget des ventes.
Dans le modèle de budget des ventes présenté ci-avant, nous avons supposé que l’entreprise propose des biens corporels (ou des prestations de services pour lesquelles elle avait choisi l’option sur les débits).

Rappelons qu’en cas de prestations de services, le droit commun dit que la T.V.A est supposée être collectée sur les encaissements. Donc, le modèle précédent ne serait plus valable à cause de la T.V.A.

 

  • Exemple si la T.V.A est collectée sur les encaissements.

En cas de prestations de services (sans option sur les débits), le budget des ventes se présenterait ainsi (en imaginant que sur les 50 000 € de créances de fin décembre N-1, 20 000 € seraient réglées en janvier et le reste en février).

 

Remarque.
Par rapport au cas précédent, dans lequel la T.V.A était supposée être collectée à la facturation, on s’aperçoit que seule la T.V.A collectée mensuellement est différente.

En effet, les montants encaissés chaque mois ne sont pas modifiés (sauf pour ce qui concerne les créances de fin N-1, du fait du mode de calcul de la T.V.A collectée) !

 

Edit de l’administrateur :

Merci à notre partenaire Comptalia qui nous offre gracieusement ce cours sur le thème du budget de trésorerie.

Cliquez sur ce lien pour télécharger le cours original au format word.

 



Pour visualiser le lien et télécharger les cours et exercices en contrôle de gestion et en comptabilité analytique au format PDF, vous devez être membre!

Ce sujet est extrait de la catégorie "".

Poursuivez votre lecture !
Fatal error: Call to undefined function cpr_populate() in /home/outilsde/www/wp-content/themes/zeesynergie/single.php on line 20