outils-de-gestion » Cours sur le controle de gestion » Controle de gestion Budgetaire » Prix de cession

Prix de cession

controle de gestionUn prix de cession interne ou PCI est un prix déterminé par le contrôleur de gestion afin de permettre un échange entre plusieurs unités d’une même entreprise.

Si l’objectif principal du prix cession interne est l’amélioration du contrôle de gestion, la difficulté première pour le contrôleur de gestion sera de déterminer ce prix.

 

 

Prix de cession interne : définition, exemple et objectifs

 

Le prix de cession interne est le prix de cession d’un bien ou encore d’un service pour 2 structures (une sera productrice l’autre consommatrice). Ces 2 structures appartiennent à la même entité juridique. Dans le cas contraire, on parlera de prix de transfert et non de cession interne.

 

Exemple :

Un hôpital se compose notamment de 2 unités fonctionnelles : l’unité fonctionnelle « Bloc » et l’unité fonctionnelle « Anesthésie ». L’unité fonctionnelle « Anesthésie » propose du temps de personnel (médecin anesthésiste, IDE) et prend en charge des produits médicamenteux. Son principal « client » au sein de l’hôpital est le « Bloc »; un prix de cession interne sera déterminé par le contrôleur de gestion afin d’affecter à cette dernière unité fonctionnelle une charge de cession interne correspondante à l’activité d’anesthésie produite pour l’unité « Bloc ». A l’inverse, l’unité « Anesthésie » verra son résultat s’améliorer d’une nouvelle recette.

 

Cette exemple illustre un des premiers intérêt du PCI : affiner le résultat et sa formation afin de mesurer la performance des structures.

Cette redistribution du résultat va inciter les unités à collaborer et à dégager des solutions efficientes : ces solutions peuvent contribuer à améliorer le résultat de l’entreprise.

Déterminer des prix de cession interne introduit un système concurrentiel au sein d’une même entité juridique. Cette compétitivité conduit les unités à rechercher des axes d’amélioration et de performance en continu. Ainsi : ce principe engendre une tendance à l’autonomie dans les décisions et le choix de poursuivre un partenariat en interne ou de tenter en externe.

 

2 limites doivent être soulignées dès à présent :

  • La mise en place de PCI ne garantie pas une amélioration du résultat de l’entreprise : le prix de cession interne ne créé pas de valeur ajoutée;
  • des divergences stratégiques peuvent naitre entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif.

 

 

Comment déterminer un prix de cession interne ?

 

Pour déterminer un prix de cession interne, on utilise habituellement la  méthodologie basée sur le calcul du coût complet. Une seconde, très intéressante, consiste à employer le prix déterminé par le marché.

 

Calculer un prix de cession interne par l’étude des coûts

Cette approche doit être privilégiée dans le cas ou le produit ou le service n’existe pas sur la marché ou que l’information n’est pas disponible.

Le coût complet réel, le coût complet standard ou encore le coût variable sont les méthodes les plus utilisées.

Elles ont leurs avantages (points déjà évoquées dans les cours correspondants) mais aussi certaines limites dans une utilisation orientée PCI …

 

  • Le coût complet réel

Le coût complet réel ne provoque pas de recherche d’efficience au niveau de  l’unité productrice car le coût (ou l’inefficience) est supporté par l’unité consommatrice.

 

  • Le coût complet standard

Cette méthode a un attrait intéressant car elle permet de déterminer un coût préétabli pour une activité normale.  La difficulté principale est liée à l’emploi des volume standard : si l’unité consommatrice a la possibilité de se fournir à l’extérieur, elle pénalise l’unité productrice qui ne pourra atteindre ses objectifs de performance. A l’inverse, ce système perd de son attractivité pour l’unité consommatrice si le volume consommé est plus important.

 

Ces 2 méthodes de calcul du PCI ont une même limite : elles permettent de déterminer un prix figé dans le temps (soit à postériori soit à priori). Ce PCI ne permet pas à l’organisation d’entrer dans une dynamique qui engendrerait l’efficience : le calcul du PCI par le coût variable majoré permet de s’affranchir de ses limites.

 

  • Le coût variable majoré

Le PCI se compose de charges fixes et de charges variables.

Cette méthodologie engendre une recherche plus harmonieuse de l’efficience entre les acteurs : l’unité consommatrice s’engage sur un volume de commande; Sur cette base, le contrôleur de gestion calcul un prix de cession interne.

Ainsi, si l’unité consommatrice commande moins que prévu, l’unité productrice ne sera pas pénalisée : le mali d’activité sera financé par la contribution issue des charges fixes. A l’inverse, le boni d’activité ne pénalisera pas l’unité consommatrice.

Cette méthode est d’autant plus intéressante qu’elle s’intègre plus facilement dans la stratégie de l’entreprise et incorpore la variabilité du prix la ou les autres méthodes figent un prix.

 

Enfin, au coût obtenu il sera pertinent d’ajouter un taux de marge : ce dernier apportera un éclairage supplémentaire dans la contribution des unités dans la formation du résultat de l’entreprise.

 

 

Prix de cession interne et prix de marché

La mise en œuvre d’une politique de cession via le marché sous entend la possibilité pour un responsable de se fournir à l’extérieur de l’entreprise. Le responsable n’est plus un « simple » responsable d’une des structures de l’entreprise mais bien un chef d’entreprise.

Selon le marché sur lequel se situe l’entreprise, le prix de marché peut ne pas être un prix déterminé par l’offre et la demande (c’est le cas des marchés oligopolistiques par exemple) ou encore ceux pour lesquels la connaissance du tarif engendre des coûts (devis, appel d’offres …).

La mondialisation a pour effet direct la diminution des coûts de production et la baisse des prix de ventes. Se référer à ces prix engendre un développement continu dans  la recherche de l’efficience. Pour être efficace et acceptée dans l’entreprise, cette politique commerciale doit être incitative.

 

 



Pour visualiser le lien et télécharger les cours et exercices en contrôle de gestion et en comptabilité analytique au format PDF, vous devez être membre!

Ce sujet est extrait de la catégorie "".

Poursuivez votre lecture ! Les coûts préétablis : généralité et définition Les coûts complets : les coûts de revient et la détermination des résultats Les méthodes de calcul des couts

Publié le


A propos de l'auteur ...

Brice Béchet

Brice Béchet exerce les missions de contrôleur de gestion au CHU de Reims depuis 2007. Diplômé en master économie et gestion d'entreprise, il se passionne, dès les débuts de l'internet en France, par la création de sites et le référencement. Aujourd'hui, il propose sur son site outils-de-gestion.fr des cours et exercices en contrôle de gestion et comptabilité analytique.

Visitez le site de l'auteur : http://outils-de-gestion.fr



facebook twitter google+ viadeo linkedin